Tableaux-contes de Run'S

Publié le par run.s

Un tableau-conte ? C'est quoi ?

C'est à la fois une image peinte sur un support lui même chargé d'histoire, qui raconte un périple, une légende, un mythe...

Et ça sert à quoi en fait ?

Au départ est née la fascination pour les contes et les légendes des petits peuples secrets, environnés de magie et de pouvoirs naturels qui paraissent surnaturels aux incrédules.


Chaque région a ses mythes.

Chaque château : son fantôme.

Chaque lac : son ondine.

Chaque source : son génie.

Chaque bois : son esprit.

Chaque endroit mystérieux : sa légende...

 


Puzzle de folklores qui grouillent et fourmillent, vivants de la bouche des conteurs, tapis dans les lignes des vieux bouquins. Lutins, Elfes, Fées, Korrigans, Ogres, Trolls, Géants ou Nains, tout ce petit monde magique qu'on ne voit pas, mais qui fait vagabonder l'imagination dans des mondes d'enfants vers lesquels on reste, quoiqu'on en dise, attirés.

Ils semblent intangibles de jour. Mais la nuit est toute entière emplie de leur présence. Ils sont amis des soirées sombres, complices de la lune et des étoiles filantes, mais tous, bons ou méchants, fermement défenseurs de la nature dans les paysages si différents qui les accueillent et les protégent.

De là est née mon inspiration pour tenter de les représenter, apporter mon menhir à l'alignement afin de perpétuer les légendes, ou d'en apporter de nouvelles.

Animateur, je m'étais spécialisé dans la création de conte avec les enfants. Ils suivaient avec difficulté une histoire par trop rebondissante. J'ai alors illustré les éléments clés en une succession de graphismes sur lesquels ils pouvaient se guider pour la raconter à leur tour. Ce fut un franc succès.

A mon arrivée en Guyane, je voulais continuer l'expérience. J'avais pour projet de collecter des contes oraux issus de l'imagination d'enfants en difficulté d'alphabétisation : bushinengues, surinamais, créoles, brésiliens, amérindiens, d'où serait ressorti leur vécu et leurs croyances. J'étais curieux et très interessé des résultats du mélange ethnique. Les mots, étayés par ce support graphique étaient susceptibles d'engendrer l'envie de déchiffrer à leur tour les lettres afin d'être maîtres de leur propre création : avoir envie de la déchiffrer de toutes les façons.

Mon regret a été de ne pouvoir valider cette expérience.

Je me suis alors consacré à d'autres évolutions du tableau-conte, notamment le choix des supports. Je les choisis susceptibles d'être une histoire par eux mêmes : morceau d'épave, bois flotté ou coulé, planche à demi vermoulue...

Aussi, le choix des amateurs de mon art se porte souvent sur ces supports-là lors des commandes. Je fais alors courir les éléments de leurs souvenirs d'enfance, de leurs rencontres, de leurs amours, de leurs voyages, entre les fibres d'un bois ouvragé par le temps et les éléments, comme s'inscrivent des notes sur une portée de papier à musique.





Publié dans Tableaux-contes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Twinkle 10/11/2008 19:57

C'est un très beau projet!